Réserve naturelle de Jiuzhaigou ( 九寨溝 )

Après le coup d’Etat de Mlle Gbagbo, c’est à mon tour, Monsieur Charly G., étudiant de renommée mondiale pour ses compétences en éloquence et en présentation de soirées, concerts et autres shows privés de prendre les commandes pour un article.


Après le farniente de Chengdu, il était temps de se rendre à Jiuzhaigou pour visiter le célèbre parc, dont certains de nos camarades nous avaient venté les mérites.
Bien sûr, là encore, de longues heures de transport nous attendaient : 10 heures de bus pour être exact. Fort heureusement, de petites escales « pipi » nous permettaient de nous dégourdir les jambes et d’apprécier la propreté et la modernité des toilettes chinoises (non je rigole, les toilettes étaient immondes et payantes en plus de cela !).

Bref, après nos 10 heures de périple, nous arrivons à Jiuzhaigou et dans notre auberge située à quelques minutes de l’entrée du parc. L’auberge est certes plus austère que la précédente mais l’accueil est chaleureux et le personnel n’est pas avare de bon conseils concernant notre visite du parc le lendemain : de quoi nous faire économiser de l’argent en évitant de payer un bus qui coûte à l’origine 90 yuans ou encore en bénéficiant de l’entrée au tarif étudiant (110 yuans au lieu de 220) sans avoir la précieuse carte étudiante. En somme, c’est nous qui nous faisons de l’argent sur le dos des chinois et pas l’inverse comme c’est coutume ici, une grande première ! Aussi, nous faisons la rencontre d’autres personnes de notre école (le monde est petit) et la connaissance de Valentin, un sympathique étudiant français parlant bien le chinois, qui nous accompagnera lors de la visite du parc le jour suivant.

Le lendemain matin, réveil à 6h30 pour être prêt à 7h30 et partir au parc. Nous avons choisi la version « hors des sentiers battus » où 18 kilomètres de marche nous attendent pour ensuite rejoindre un arrêt de bus où nous pourrons bénéficier gracieusement (si si vraiment) des services de bus afin de rejoindre les principaux lieux du parc. Le matin, nous craignons la pluie qui s’abat à grosses gouttes mais finalement nous sommes épargnés et seules quelques gouttes rythment notre progression (pas plus mal, ça rafraichit !). Notre randonnée dure tout de même 4 heures, mais nous ne sommes pas déçus d’avoir choisi la marche. Nous rencontrons des animaux sauvages que nous nous amusons à renommer : Chocopie (l’adorable) petit veau marron auquel Damien a pu donner le biberon quelques instants, Nesquik 1, 2, 3 et 4 les écureuils, Youyou les poissons et j’en passe !
Les paysages sont également à couper le souffle, pas un seul chinois à l’horizon (du moins pendant les premiers kilomètres) et la couleur de l’eau (d’un bleu vert turquoise intense) est à peine croyable, on pense même que cela résulte d’un procédé chimique élaboré par les chinois, ou d’un largage massif de « Canard WC »… Mais il semblerait pourtant bien que tout ceci soit naturel !

Après nos 18 kilomètres de marche, le temps est venu de faire une petite pause déjeuner, ça sera crackers au sésame pour nos amis Chloé et Damien et « Magic box » pour Johanna et moi-même. Je vous entends d’ici me lancer d’une seule voix « qu’est-ce que la Magic Box ? ». Il s’agit bel et bien d’une boite magique, tout simplement comme son nom l’indique ! En quelques mots, c’est un plat traditionnel chinois (riz et bœuf avec une sauce épicée) qui est réchauffé sans micro-onde à l’aide d’un procédé chimique. Il suffit de faire quelques manipulations, d’ajouter de l’eau dans le fond et de poser la boite par dessus un sachet prédéfini. On n’a clairement rien compris à la manière dont ça pouvait réussir à chauffer, mais ce n’était, ma foi, pas mauvais. En tout cas c’est vraiment magique et ça permet de reprendre des forces pour le reste de la journée, et notamment pour les quelques kilomètres de marche restant.

Nous profitons alors ensuite du réseau de bus pour rejoindre les lieux emblématiques du parc. Cette fois-ci, nous ne sommes pas seuls face à la nature comme nous l’étions pendant notre matinée… Ou disons plutôt que nous sommes seuls face à la nature ET face aux chinois qui sont là par milliers pour prendre photos, selfies et autres photos plus ou moins ridicules. Les paysages sont certes somptueux, mais nous sommes un peu nostalgiques de notre tranquillité du matin. Finalement, nous arrivons à visiter tous les lieux recommandés par l’auberge de jeunesse. Sur les coups de 16h, la fatigue commence à se faire bien ressentir, et heureusement le bus du parc nous ramène sans effort jusqu’à l’entrée. Nous faisons tout de même un dernier stop devant un lac turquoise illuminé par les rayons du soleil qui a fini par se montrer. Avec le soleil, les couleurs sont différentes et nous nous sentons chanceux d’avoir connu cela également. Une fois sortis du parc, c’est un sentiment de soulagement, de fierté, de patriotisme, de bravoure qui nous submerge : nous avons économisé en moyenne 190 yuans par personne grâce aux astuces de l’auberge ! Français : + 1000 points, Chinois : 0. Yihaaaaaaa (il faut bien savourer, ça ne nous est JAMAIS arrivé en 4 mois…) !

Quelques minutes de marche plus tard et nous retrouvons notre auberge, épuisés certes, mais ravis d’avoir pu profiter de cette belle journée dans ce parc naturel, sans doute l’un des plus beaux de Chine.
Le soir nous faisons une partie épique du fameux jeu de cartes « Trou du cul » et nous quittons sur ces beaux souvenirs : en effet, Johanna, Valentin et moi partons demain pour Chendgu puis pour le Yunnan, tandis que nos braves normands continuent leur périple dans le Sichuan.  


Réserve naturelle de Jiuzhaigou



Réserve naturelle de Jiuzhaigou


Réserve naturelle de Jiuzhaigou


Réserve naturelle de Jiuzhaigou


Réserve naturelle de Jiuzhaigou


Réserve naturelle de Jiuzhaigou


Bus dans la réserve naturelle de Jiuzhaigou

Damien

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Instagram