Azraq, les oryx et les châteaux du désert 🏰🏰🏰

En ce doux premier samedi de mars, nous partons avec un bon groupe de français faire une excursion dans les alentours d'Azraq.


Azraq est une petite ville de Jordanie dans la province de Zarqa, située à environ 1h30 d'Amman. 
Au carrefour de nombreuses routes commerciales, cet oasis est désormais une réserve naturelle protégée. 

Comme à chaque escapade en Jordanie, la route fait partie intégrante du voyage. D'Amman à Azraq, nous observons de plates étendues désertiques à perte de vue. Changement total de décor par rapport aux abords de la mer Morte. 

Nous commençons la visite par le château d'Azraq, appelé "Qasr Al-Azaq" (forteresse bleue). Cette grande forteresse est aujourd'hui largement en ruines, mais nous prenons tout de même l'ampleur de sa grandeur passée. Lors de la révolte contre l'Empire Ottoman (durant la première guerre mondiale), Lawrence d'Arabie établit ses quartiers dans la forteresse. 


Qasr Al-Azaq


Par la suite, nous nous rendons dans une réserve "humide" naturelle, sensée être fréquentée par de nombreux animaux et en particulier des oiseaux migrateurs de toutes sortes. Aujourd'hui, pas la peine d'espérer y voir des buffles d'eau ou des oiseaux migrateurs, l'objectif principal de cette réserve est de sensibiliser les visiteurs aux problèmes d'eau en Jordanie. Le constat est alarmant, la région s'assèche de jour en jour, les espèces sont mortes ou ont quitté les lieux, et nous en sommes en grande partie responsables. En effet, l'eau est depuis des années détournée en masse pour assouvir les besoins de la capitale, Amman. Triste réalité.


réserve "humide" d'Azraq


réserve "humide" d'Azraq



réserve "humide" d'Azraq



La réserve de Shaumari n'est pas pour nous remonter le moral. Sensée réintroduire des espèces en voie d'extinction au Moyen Orient comme les oryx arabes ou les gazelles du désert, tout ce que nous voyons sont quelques individus enfermés dans un petit espace pour faire plaisir aux touristes. Bon, nous aurons vu des oryx arabes... 

Sur la route du retour, nous nous arrêtons au "Qasr Amra" (petit palais). Il est tout petit, ne paye vraiment pas de mine de l'extérieur, mais nous ne regrettons pas l'arrêt ! Construit au VIIIème siècle, ce petit palais a été voulu par le Calife Omeyyade Walid I pour... Ses loisirs et plaisirs... Toutes les pièces sont couvertes de fresques, encore visibles en partie, et représentent des scènes pas très islamiques : femmes nues, scènes de chasse, homme ressemblant étrangement à Jésus, représentations des signes du zodiacs, etc. Les trois pièces phares sont réservées au hamman : une première salle froide, une moyenne et une chaude, au service de notre Calife hédoniste. 


Qasr Amra


Fresques Qasr Amra


Pour finir, nous nous arrêtons au "Qasr Kharana", un véritable château du désert comme on l'imagine, perdu au milieu de rien. Nous ne savons à l'heure actuelle que peu de choses au sujet de ce château. Si vous voulez notre avis personnel (et scientifique bien sûr), il devait être habité plutôt l'été car en plein vent, on se les caille !!

Qasr Kharana

Damien

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Instagram