Varanasi, la cour des miracles...

Tout comme Hampi, Varanasi était depuis longtemps sur la liste des destinations à visiter en Inde. Vous vous demandez peut-être pourquoi il nous a fallu si longtemps pour nous décider à y aller... La raison est simple, nous avions peur de ce que nous allions trouver.



Après 3 jours passés à Varanasi, on peut vous le dire, c'était instructif mais c'était vraiment difficile... Et après avoir lu cet article, vous comprendrez que "cour des miracles" est à prendre au sens propre, comme au sens figuré...

Comme partout en Inde, la route de l'aéroport est impeccable avec des jolies fleurs et une pelouse aussi verte qu'un terrain de golf. Plus on s'approche de Varanasi et du centre ville, plus on se confronte à la dure réalité de cette ville indienne traditionnelle : c'est très pauvre, c'est très bruyant, c'est très sale - vraiment vraiment très très sale - et également très pollué. On vous passe évidemment les odeurs qui ont tenu nos narines et parfois tous nos autres sens en éveil pendant le séjour. On voulait découvrir la vraie Inde authentique et spirituelle, pas de doute, Varanasi est "the place to be". Et il faut avouer qu'en plus d'être un lieu "difficile" pour nous occidentaux qui n'avons vraiment pas l'habitude tout cela, nous n'avons pas eu de chance car le niveau du Gange était extrêmement élevé au point de recouvrir une grosse partie des berges et d'empêcher de faire les traditionnelles balades en bateau.

Varanasi est la capitale spirituelle indienne. Anciennement appelée Bénarès, elle est l'une des sept villes sacrées de l'hindouisme et accueille le plus grand nombre de pèlerins en Inde. 
Durant trois jours, nous résidons proche d'Assi Ghat, le 80ème ghat de la ville. Les ghats sont ces célèbres ensembles de marches, similaires à des gradins, qui jalonnent les rives du Gange pour permettre aux pèlerins d'accéder aux eaux sacrées et d'effectuer tous leurs rituels de purification.

Pour s'approcher du Gange et rejoindre les ghats il faut souvent passer par de minuscules ruelles sombres où ça grouille. On a du mal à se croiser et on tombe parfois nez à nez avec un scooter ou une vache, et dans ces cas là il faut improviser !!
Le premier soir, nous allons assister à un "pooja" ou "puja", c'est à dire une cérémonie hindouiste haute en couleurs sur l'un des ghats les plus connus.  A la fin de la cérémonie, nous remontons la rue piétonne et cette marche de 5 minutes est une expérience en soi : un monde fou, des sâdhus - ces sages habillés de orange avec de longs dreadlocks et qui ont renoncé à la vie en société -, des handicapés en tout genre qui font la manche comme ils peuvent, des vendeurs à la sauvette, du bruit - beaucoup beaucoup de bruit -, de la sueur parce qu'il fait très chaud... BREF ! C'est vraiment prenant, et presque submergeant... L'Inde dans toute sa splendeur. On rentre vite à l'hôtel en fermant les yeux pour ne pas avoir de crise cardiaque à chaque fois que le rickshaw évite d'écraser quelqu'un à un poil près.









On ne dort pas bien la nuit, c'est trop bruyant, et du coup le lendemain matin on décide de prendre les choses plus tranquillement. On se pose longtemps au petit déjeuner puis on va visiter un fort sur les bords du Gange un peu en dehors de la cohue. Exception faite de la vue sur le fleuve, le fort est malheureusement dans un sale état et il est difficile de se représenter sa beauté passée. Et il fait chaud... Plus de 35 degrés dès le matin, avec un ressenti qui dépasse les 40. On décide de se mettre à l'abri dans un café avec une boisson bien fraiche, et l'après midi on prend un taxi pour se rendre sur un site bouddhiste à 45 minutes de Varanasi. C'est apparemment ici que Bouddha aurait fait son premier "discours" après avoir atteint l'illumination. Et se trouver dans cet endroit est une véritable parenthèse où on respire enfin : c'est paisible, on entend même les oiseaux, et on a la chance de tomber sur un groupe de moines bouddhistes en train de réciter leurs prières... On s'assoit, on écoute, et on se détend. 








Une un petit peu meilleure nuit de sommeil plus tard, nous repartons plein de motivation pour visiter quelques temples pour notre dernière matinée à Varanasi. Croyez nous, cet enthousiasme n'aura été que de très courte durée. Les temples sont en fait cachés au fond de minuscules ruelles où tout le monde fait la queue pour pouvoir accéder au lieu et se recueillir. On s'en tiendra donc finalement à la visite d'un seul temple avant de repartir à la hâte prendre une bonne douche...

Cette visite de Varanasi aura été courte, intense, mais a tout de même un goût d'inachevé. Nous aurions vraiment aimé prendre le bateau pour avoir un autre aperçu des berges sacrées de Varanasi. Varanasi, nous n'en avons peut être pas fini avec toi malgré tout...

Chloé

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Instagram